Archives par mot-clé : Voang Vieng

Le Laos à vélo : de Ventiane à Luang Prabang en passant par Phonsavan

Après être resté 6 jours du 17 au 23 novembre 2015 à Ventiane,  me revoici donc tout heureux d’enfourcher mon fidèle compagnon et de prendre la route du Nord Laos, dont je n’avais vu qu’un aperçu en bus.  J’avais pu alors me rendre compte de la difficulté même si les pourcentages sont toujours difficiles à appréhender par ce moyen de transport.

La route entre Vientiane et Luang Prabang est assez fréquentée par les cyclotouristes … et reconnu pour être une des routes les plus  difficiles. La plupart d’entr’eux emprunte la route directe par la R.N. 13. Pour ma part, je suis passé par la R.N. 10 entre Vientiane et Phonong et à partir de Phoukhoun, j’ai pris la R.N.7 jusqu’à Muang Kham puis la R.N.1C en passant ainsi par Phonsavan et Nong Khaw.

Cet itinéraire m’avait été conseillé par le vélociste de Vientiane, lui même organisateur de voyages.

En faisant ce choix, j’évitais ainsi la section Phoukhoun – Luang Prabang, particulièrement difficile. En outre, cela me permettait également de m’aventurer sur des routes moins fréquentées et plus sauvages.

1 – De Ventiane à Vang Vieng en passant par la R.N. 10.

Route très agréable, presque totalement plate. Les premiers kilomètres à la sortie de Ventiane se font sur une route très circulée mais celle-ci devient plus agréable par la suite et elle est en bon état.

Je me suis arrêté dans un petit guesthouse sympathique juste avant Thinkeo et le pont franchissant Nam Ngum River. Endroit agréable avec beaucoup de petits restaurants.

R.N. 10 : pont franchissant la Nam Ngum River.
R.N. 10 : pont franchissant la Nam Ngum River.

Aprés Thinkeo et jusqu’à Phonhong, la route devient une piste en terre très poussiéreuse. Puis à Phonkong, on récupère la R.N. 13 jusqu’à Vang Vieng. Même si cette route est un axe majeur reliant Vientiane à Luang Prabang, elle est en très mauvais état. Régulièrement, le revêtement en enrobé fait place à de la terre sur une centaine de mètres.

Passage au bord du Lac Ngam Ngum (extrémité nord)
Passage au bord du Lac Ngam Ngum (extrémité nord)
Je croise de plus en plus de cyclistes, notamment des jeunes revenant de l'école
Je croise de plus en plus de cyclistes, notamment des jeunes revenant de l’école

Le deuxième jour, j’arrive à Vang Vieng.  C’est la sortie des écoles et il y a plein d’enfants à vélo et à pied qui me font signes et me crient « Sabadee » (bonjour).

151124Laos05
Arrivée à Vang Vieng

Vang Vieng est une jolie ville assez touristique. Je me  retrouve donc parmis de nombreux touristes. On y trouve de nombreux guesthouses, des bars plus ou moins branchées et des restos où on peut manger des hamburgers affalés dans des canapés.

Pas grand choses à faire, justes quelques grottes (que je n’ai pas fait) et une petite montagne à gravir avec une jolie vue en haut.

Veng Viang : panorama sur les montagnes
Veng Viang : panorama sur les montagnes

2 – De Vang Vieng à Phonsavan

Après la petite halte à Vang Vieng, je reprends la route direction d’abord Kasi puis Phou Khoun.

Mon premier sommet laotien avant Phou Khoun. La nuit commence à tomber.

Mon premier sommet laotien avant Phou Khoun. La nuit commence à tomber.

La route jusqu’à Kasi est facile, presque plate. Me sentant en forme je décide de pousser jusqu’à Phou Khoun situé à 45 km. Mais cela se complique avec une longue, très longue montée jusqu’ à Phoukoun de 23 km…. Résultat … arrivée vers 18h00 dans la nuit noire. Je m’arrête au premier guesthouse ouvert, épuisé et affamé.

Un motard anglais.... une des plus sympathique rencontres de ce voyage
Un motard anglais…. une des plus sympathique rencontres de ce voyage

Le soir, je dîne avec un sympathique motard anglais (et oui ça existe). Nous sommes les seuls clients. Lui vient directement de Manchester à Moto et prend la direction du Vietnam. Il roule sur une vieille Royal Enfield   datant de la 1940….

Jusqu’ à Phonsavan, la route est relativement facile. Mais peu de monde, peu de guesthouses sur la route et aucun distributeur de billets. Résultat : ayant oublié de prendre de l’argent à Phou Khoun, j’ai du négocier mes baths thaïlandais  restants à Muang Kham. Le lendemain, plus d’argent, il me restait juste une banane. J’ai du faire les 46 km avec l’estomac dans les talons. Heureusement, j’arrive à Phonsavan un peu avant midi.

3 – De Phonsavan à Nong Khiaw.

A Phonsavan, je retrouve quelques touristes. La ville est connue essentiellement pour la plaine des jarres. Il s’agit de 60 sites qui présentes un grand nombre de jarres de 1 à 3 m de diamètres construits dans du grés calcaire. Ces jarres sont datées de 5 000 av JC à 800 ap JC.

J’ai visité le site n° 1 le plus proche de Phonsavan.

Souvenirs laissés par les américains vu dans un restaurant
Souvenirs laissés par les américains vu dans un restaurant

La région est également connue pour avoir été une des zones les plus bombardées par les américains lors de la guerre du vietnam ( 1 bombe tous les 8 minutes pendant 9 ans ….).

Trou de bombe sur le site n°1 de la Plaine de jarres
Trou de bombe sur le site n°1 de la Plaine de jarres

Après cette visite, je reprend la route direction Nong Khiaw situé à environ 360 km que je pensait faire en 6 étapes mais que je ne ferais qu’en 5 jours. Ce fut la portion la plus difficile avec un dénivelé positif total de plus de 7500 m mais également la plus fantastique, au contact direct de la population laotienne.

Dans chaque village, les enfants accourent.
Dans chaque village, les enfants accourent.

Des petits villages, une circulation inexistante, des montagnes, des enfants qui courent dés que vous  arrivez et qui vous crient bonjour, ou vous tapent dans la main, mais également une étape très difficile entre Muang Hiam et Pak Xeng de presque 120 km et 2500 m de dénivelé. Même en partant à 6h30 du matin, j’arrive à Pak Xeng 12 h après en ayant roulé plus d’une heure de nuit.

J’arrive ainsi le 3 décembre 2015 totalement épuisé à Nong Khiaw.

Un villageois impossible au bord de la route.
Un villageois impossible au bord de la route.
Le soir, les femmes tissent des étoffes
Le soir, les femmes tissent des étoffes

4 – Nong Khiaw à Luang Prabang.

Nong Khiaw et la rivière Nam ou
Nong Khiaw et la rivière Nam ou

Nong Khiaw est un joli village situé au bord de la rivière Nam Ou. On y croise de nombreux touristes venus y faire du VTT ou du canoé ou tout simplement admirés le site. Beaucoup remonte en bateau la Nam Ou jusqu’à Muang Ngoy. Pour ma part, j’ai juste pris 2 jours de repos total.

Enfin un route toute plate....
Enfin un route toute plate….

Le suite du trajet jusqu’à Luang Prabang se révélera beaucoup plus facile. Joli route longeant la rivière Nam Ou. Avant d’arrivé à Luang Prabang, j’avais décidé de tenter de prendre une petite route sur la droite. de joli vue sur la rivière Nam Ou mais une piste très défoncé.

Piste longeant la rivière Nam Ou
Piste longeant la rivière Nam Ou

Me voici donc arrivé le 06 décembre 2016 à Luang Prabang après 748 km et 13 079 m de dénivelé positif réalisés en 10 jours. En comparaison, la route directe jusqu’à Luang Prabang ne fait que 228 km et 4668 m de dénivelé positif. Mais que de souvenirs ….

Pour ceux qui seraient tentés par l’aventure, les détails sur les deux parcours sont donnés ici.