De Narva à Saint-Pétersbourg en passant par Peterhof.

1- De Narva à Saint Pétersbourg

A vol d’oiseau, Narva et Saint Pétersbourg sont espacés de 135 km. En suivant la côte, la distance est de  225 km et par la route la plus directe de 160 km. Pour ma part, j’ai parcouru 190 km en essayant de prendre des routes secondaires et en passant ainsi par de villages un peu paumés où l’empreinte communiste est encore bien palpable.

J’ai mis 2 jours pour réaliser les 190 km, par des routes pas toujours en bon état, et des conducteurs russes roulant parfois très vite. J’ai bivouaqué sur une aire de pique-nique dans une forêt infestée de moustiques.

J’ai rejoint la côte à Peterhof et longé ainsi la mer par une route à fort trafic pour arriver à  Saint-Pétersbourg le 02 juillet 2016.

2- La Russie: des vielles Ladas et des bâtiments hors du temps.

Dés que l’on arrive, on est d’abord surpris par le grand nombre de Ladas circulant sur les routes, les mêmes que l’on voyait dans les années 1980 en France. Les modèles que j’ai pu voir sont la célèbre Jigouli dérivée de la FIAT 124, la Samara qui ressemblait un peu, pour ceux qui l’ont connu à la Talbot Horizon et la très robuste 4×4 Niva, modèle qui a connu un gros succès en Europe de l’Est du fait de son faible prix. En tout cas, a voir tous ces anciennes voitures, on se dit qu’elles étaient bien solides.

Des Ladas en Russie
Des Ladas en Russie
Des camions hérités de la période communiste
Des camions hérités de la période communiste

Le second point qui surprend est le délabrement des bâtiments, notamment dans les villes de taille moyenne et la pauvreté qui y règne alors que dans les grandes villes, le niveau  de vie est comparable à celui que l’on trouve dans l’Union Européenne.

Arrivée à Koporye
Arrivée à Koporye
Koporye : une ville bien sinistre
Koporye : une ville bien sinistre

3- Peterhof : le Versailles russe.

Ayant décidé une bonne fois pour tout de voyager sans guide de voyage, c’est un peu par hasard que je me suis retrouvé le 2e jour à Peterhof. Et ayant un peu de temps devant moi, j’ai donc pu visité le célèbre Palais ancienne résidence du Tsar Pierre le Grand. j’ai donc laissé le vélo à l’entrée (avec quelques appréhension) et entrepris la visite des Jardins, ce qui m’a pris un peu plus de 2 heures mais qui  mérite un peu plus de temps.

J’avoue que j’ai été bluffé par la beauté du Palais et des jardins. Les jardins sont très grands, ce qui permet d’éviter la foule innombrable des visiteurs. Et même si, comme moi, on cherche à fuir les lieux trop touristiques et les voyageurs venant se prendre en photo devant tout et n’importe quoi, la visite de ce Palais mérite le détour et les quelques euros dépensés.

A noter que le Palais est accessible depuis Saint-Pétersboug en Bus mais également par ferry express.

3-Saint-Saint-Pétersbourg : une ville qui rivalise avec Paris, Venise et Florence

De Saint-Pétersbourg, j’avais essentiellement en tête le souvenir de la description faite par Dostoïevski dans son roman L’idiot.

La ville se caractérise par une diversité architecturale. On y retrouve des grands boulevards comme à Paris avec notamment la célèbre Perspective Nevski, des monuments et des églises, mais également la Néva et ses canaux lui donnent un air de Venise.

Là également, on s’accommodera de la présence des innombrables touristes pour admirer la ville.

Le musée de l’Ermitage est absolument extraordinaire. j’ai notamment apprécié la section peintures françaises avec  de magnifiques tableau de Le Lorrain dont « Le matin dans un port de mer ».

La partie consacrée à  Rembrandt vaut à lui seul le détour avec notamment « Retour du fils prodigue« , « Danaé« ,  « le sacrifice d’Abraham » ou encore des portraits comme « Le portrait du vieil homme en rouge ».

Comme d’habitude pour ce type de musée, impossible de tout voir en une journée, il faut donc bien cibler sa visite pour pouvoir voir ce qu’on apprécie. Pour ma part, je n’ai pas vu la partie impressionniste qui était fermée, et je n’ai visité que la section peinture essentiellement Italienne, Française et Hollandaise.

Bien évidemment, outre la visite de la ville, une balade à pied dans les magnifiques pacs et jardins, sur le bord de la Néva ou encore le long des canaux s’impose. Et comme en Juin, il fait jour dès 5H00, profitez de la ville tôt le matin, alors que la plupart des touristes dorment ou prennent leur petit-déjeuner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *