En route pour la Russie : étape final : de Gdansk à Narva par les Pays Baltes

Après  la Pologne, il me restait encore 3 pays à traverser, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie.  Après avoir contourner l’enclave russe de Kalingrad, j’avais décidé de rejoindre la côte à Klapeidia et de remonter jusqu’en Liepaja en Lettonie puis d’aller jusqu’à Riga, la capitale, pour prendre la direction plein Nord en suivant la côte.

La Lituanie et la Lettonie : 2 pays à éviter.

Ces deux pays m’auront laissé un mauvais souvenir. Le plus souvent, je me suis retrouvé à rouler soit sur des routes principales  à fort trafic ou des routes secondaires non revêtues mais recouvertes d’une couche épaisse de sables et de graviers donc difficilement praticables pour un cycliste.

Une route secondaire en Lettonie
Une route secondaire en Lettonie

Les seuls itinéraires cyclables auront été :

  • la piste qui longe la côte entre Klapeidia et la frontière Letonne ;
  • les alentours de Riga, où la également une piste cyclable permet de rejoindre et de quitter la capitale.

Attention à la pseudo piste cyclable qui doit permettre de longer la côte jusqu’à Liepoja : elle n’existe pas alors que  certains panneaux laisseraient le penser.

J’ai essayé de l’emprunter et je me suis perdu dans des marécages remplis de moustiques avec des passages dans 50 cm de boue. Mauvais souvenir.

A la mauvaise qualité des infrastructures, s’ajoute une population locale peu courtoise voire antipathique. Je n’ai eu que très peu de marques de sympathie.

Quelques points positifs toutefois :

Le propreté : les routes sont très propres, les gens sont disciplinés et jettent leurs déchets dans les poubelles qu’on peut trouver partout.

Le camping sauvage : il est très facile de trouver un endroit pour camper et jamais personne ne vous fera une remarque.

Riga est plutôt jolie mais trop touristique.

Enfin, un vieux Letton m'a aimablement permis de camper chez lui. Bon finalement,ils peuvent être sympas
Enfin, un vieux Letton m’a aimablement permis de camper chez lui. Bon finalement,ils peuvent être sympas
Camping sauvage en Lettonie
Camping sauvage en Lettonie

L’Estonie : le pays nature à découvrir

L’Estonie est un pays totalement différent de ces deux voisins baltes. Dès que l’on a franchi la frontière, après vous avoir souhaité la bienvenue (aucun panneau de ce type n’existe en Lituanie et Lettonie), un panneau d’information vous montre les itinéraires cyclables, mais également les sites à visiter et comble de bonheur, les sites où camper gratuitement.

Pour ma part, la première nuit en Estonie, j’ai campé dans un terrain au bord de la mer. J’y été seul et le terrain ai super bien aménagé avec des tables, bancs, barbecue, puits avec eau, WC. Dans un autre terrain où j’ai campé, il y avait même du bois et une hache pour découper le bois.

Un peu plus loin, j’ai découvert une maison de la nature superbement bien aménagé. avec des expositions didactiques.

L’Estonie est en réalité plus proche de ces voisins nordiques que baltes. Ici, on a un libre accès à la nature sous réserve de la respecter.

Le RMK, l’équivalent estonien de l’ONF qui gère la forêt (50% de la surface du pays) fait un travail remarquable. C’est lui qui entretient les terrains de camping, les maisons de la nature et les itinéraires pédestres ou cyclables forestiers.

En remontant vers le Nord, je n’ai pas eu le temps de me rendre à Tailinn, visa russe oblige, mais j’en ai profité pour visiter le parc national de Lahemaa. Là également, camping gratuit et maison de la nature au programme.

Puis j’ai suivi la côte jusqu’à Narva où j’ai pu ainsi traversé la frontière et rejoindre Saint-Pétersbourg en 2 jours de vélos (voir article suivant)

En conclusion, deux pays qui m’ont déplus et un pays où j’ai regretté de ne pas avoir plus de temps à lui consacrer. En tout cas, n’hésitez pas, prenez le ferry entre Dgansk et Tailinn et partez visiter toute la côte Estonienne  par l’eurovélo 10. Vous serez enchantés. Attention toutefois moustiques.

2 réflexions sur « En route pour la Russie : étape final : de Gdansk à Narva par les Pays Baltes »

  1. Salut Bruno,
    content d’avoir des nouvelles.
    Comment va Sylvain Tesson ??

    Dédé te salue. C’est un ingé de systra !!
    Ici 30°c et toujours la banane.
    L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *