En route pour la Russie : étape n°2 – de Berlin à la frontière polonaise.

1 – Berlin.

Après avoir effectué 1250 km en quelques jours, je suis donc resté 3 jours à Berlin, le temps de flâner un peu dans la ville.

Une ville tranquille.

De Berlin, je me faisais l’idée  d’une capitale grouillante où tout le monde court dans tous les sens, un peu à l’image de Paris. J’ai donc été surpris en arrivant dans  une ville très calme. Il est vrai que je suis arrivé le 01 mai, mais le même jour alors qu’à Paris, les extrêmes (droites et gauches) manifestés et les casseurs cassés, Berlin était plongé dans une indolente léthargie. Les autres jours m’ont fait également le même effet. Peu de voitures, les berlinois préférant le vélo ou les transports en communs.

Les infrastructures pour les cyclistes sont vraiment classes et il y est très facile d’y circuler. De plus, comme partout en Allemagne, les voitures s’arrêtent pour vous laisser passer et les piétons n’empruntent pas les pistes cyclables.

Une ville verte

La ville possède de grands espaces verts situés dans le cœur de la ville. Un cinquième du territoire urbain est couvert de forêts. Le « grosse tiergarten »  qui est situé en plein centre de la ville fait 210 ha soit 10 fois le jardin du Luxembourg et on y croise des nombreux animaux sauvages (sangliers, cerfs, chevreuils, etc…). Il y a également de grandes espaces engazonnés  à la manière anglaise.

Espace engazonné avec au fond la gare centrale de Berlin ultra moderne
Espace engazonné avec au fond la gare centrale de Berlin ultra moderne
Une ville moderne qui ose regarder son passé.

Comme la plupart des villes allemandes, la ville a été presque entièrement reconstruite après guerre.  On dénombre peu de monuments anciens. Parmi les monuments d’avant-guerre, on compte le Reichstag et la Porte de Brandebourg.

Dans la ville, se mélangent aujourd’hui une architecture typique de la reconstruction Est allemande avec des bâtiments ultra-modernes datant de la réunification.

De son passé proche, les traces du mur de Berlin sont partout avec notamment le Check-point Charlie, ancien point de passage entre Berlin Est et Berlin Ouest.

160502146

De son passé un peu plus lointain, on peut aller voir le « topographie des terrors » ou topographie des terreurs, centre de documentation sur les terreurs commis par les nazis, situé sur les anciens quartiers généraux de la Guestapo et des SS, mais également un très intéressant musée juif, qui retrace la vie des juifs en Allemagne du Moyen-Age jusqu’à nos jours.

"Topographie des terrors" à Berlin
« Topographie des terrors » à Berlin

2- Le long de la Finow et de l’Oder

Après ce petit intermède à Berlin, je suis donc reparti le 03 mai, direction la Pologne. J’ai d’abord rejoint le canal de Finow à Eberwalde situé à quelques 50 km au nord de Berlin

Piste cyclable le long de la Finow
Piste cyclable le long de la Finow

Le canal Finow est l’un des plus anciens d’Europe (1605). Il rejoint l’Oder à l’Oderberg et est aujourd’hui dédié aux tourismes (fluvial et cycliste)

On peut admirer un vieil ascenseur à bateau impressionnant à Niederfinow tout en aciers rivetés, ainsi que la version moderne en cours de construction en béton.

Petite anecdote, le jour où j’ai remonté le canal Finow, je fus tout surpris de voir du monde partout, beaucoup  à vélos souvent en famille allant pique-niquer ou en terrasse boire des bières. Tout les magasins étaient fermés. j’ai donc pensé que c’était une fête quelconque allemande. je n’ai réalisé que plusieurs après que c’était l’Ascension.

Votre serviteur sur un "flatbike"
Votre serviteur sur un « flatbike »

Sur le site de Niederflow, des cyclistes mais également beaucoup des motards sur d’anciennes motos   Des allemands avec des « fatbike » m’ont gentiment prêté leur monture pour un petit tour. Super agréable.

En tout cas voilà qui confirment bien la passion des allemands pour les 2 roues.

Ensuite, il est aisé de descendre l’Oder jusqu’à Szcsercin par la « Oder neisse radweg, » longue piste cyclable qui traverse de larges zones alluviales classées en réserves naturelles.

Frontière entre la Pologne et l'Allemagne
Frontière entre la Pologne et l’Allemagne

L’arrivée en Pologne s’est fait également par une piste cyclable avec 2 poteaux délimitant la frontière. L’espace Schengen n’est vraiment pas un mythe.

 

Prochain article : La Pologne : la bonne surprise.

4 réflexions sur « En route pour la Russie : étape n°2 – de Berlin à la frontière polonaise. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *