Le Laos à vélo : de Muang Nguen à Vientiane … en bus

Après un petit repos dans la ville de Nan, j’ai repris la route direction  le Laos avec un passage par Huay Kong,  pour rejoindre Muang Ngeun petite ville frontière  située au Laos..

Première bonne nouvelle, la route devient plus jolie, paysage vallonné avec des forêts et de belles rivières.

Mais, après une paisible route, l’arrivée jusqu’au  poste frontière fut difficile. 1500 m de dénivelés pour les 30 derniers kilomètres et comme toujours en Thaïlande, des pourcentages difficiles avoisinants les 15 % par moment. Bref, le premier contact avec la montagne fut éprouvante.

Le poste frontière de Huay Kong. Plus qu’une petite descente et repos dans une des nombreuses guesthouses de Muang Ngeun.

De Muang Ngeun à Vientiane …. en bus.

La veille, j’avais remarqué que lorsque je freinais avec la roue arrière, le freinage était très irrégulier, je pensais donc que ma roue était encore une fois voilée.

Le matin à Muang Ngeun avant de partir pour Hongsa, j’entrepris donc cette opération délicate de dévoiler la jante arrière, et là stupeur, la roue était fendue à un endroit. La veille, j’avais fait toute l’étape avec une jante cassée….

Ma jante Mavic A 719 sensée être de haute qualité est
Ma jante Mavic A 719 sensée être de haute qualité est fendue

La première colère passée  où je me jurais de ne plus jamais acheter du « Made in France » ( les jantes sont des Mavics tricolores), je partis à la recherche d’un bus et je rejoignis d’abord la ville de Xarabouyi où je passais une nuit, puis la capitale Vientiane.

Pour l’anecdote, je suis arrivé à la guerre routière de Vientiane à 2 h du matin. N’étant pas chaud pour faire la route de nuit et ayant peur de ne plus trouver de Guest house, j’ai donc fini la nuit sur un banc enveloppé dans mon sac de couchage.

Alors que je pensais en avoir fini avec  le vélo, j’ai donc envisagé de continuer mon voyage comme la plupart des touristes, c’est à dire en utilisant les transports en commun. C’est alors que je me suis aperçu que ce type de voyage ne m’intéressait pas. A cela plusieurs raisons toutes liées au fait que le vélo change la nature même du voyage mais que je détaillerez ultérieurement dans un autre article 😉 .

Vientiane, une capitale à l’image du Laos : paisible, joyeuse et bonne enfant.

Arrivée à Vientiane, j’ai pu faire réparer ma roue pour la somme de 80 $. Je pensais alors faire une bonne affaire ce qui se révélera pas tout à fait exact. Mais bon, le principal était que je puisse mon voyage.

J’ai profité des quelques jours  nécessaire pour réparer la roue pour goûter au charme de cette capitale bien agréable.

Vientiane, c’est un peu l’anti-Bangkok. Les touristes sont agréables, la population locale reste sympathique et courtoise. Pas de Building, ou de centres commerciaux titanesques. Pas d’artères embouteillés… Et pas de gogo-bars ou autres  lieux de prostitution.

A la place, des petits centres commerciaux où on trouve de tout, un centre ville où il fait bon flâner et les abords du fleuve Mékong qui le soir, devient un marché de nuit, bien agréable.

Gymnatisque au coucher de soleil

Quelques sites touristiques à voir à Vientiane

Ils sont peu nombreux et ne représentent pas la principale attraction de la ville. On y vient surtout parce qu’on s’y sent bien.. Peu être un peu l’influence de la France et de son art de vivre

Vat Sissaket.

Temple érigé entre 1929 et 1924 par le roi Anouvong.

A noter que depuis 2010, une statut du roi Anouvong trône dans Vientiane. Ce roi est connu pour s’être rebellé contre le royaume de Siam, c’est donc une manière pour le Laos de revendiquer une certaine indépendance vis à vis de ses puissants voisins.

Statut du roi Anouvong (1/2)
Statut du roi Anouvong (1/2)
Statut du roi Anouvong (2/2)
Statut du roi Anouvong (2/2)
Le Patuxai.

Genre d’Arc de Triomphe version laotienne réalisé en 1958 pour célébrer l’indépendance du pays.

Le Phat That Luang.

Situé en dehors du centre historique de la ville (3 km au nord), construit par le roi Setthathirat au XVIe siècle, c’est le monument le plus sacré du Laos.

 

Pour conclure sur Vientiane , un signe de l’influence de la France avec son ministère des travaux publics et des transports et la confirmation que le communisme n’est pas encore mort.

 

2 réflexions sur « Le Laos à vélo : de Muang Nguen à Vientiane … en bus »

  1. Merci Bruno, pour ce tourisme calme et détendu.
    Je te vois parfaitement jurer contre cette fichue jante. Après les Suisses,les Francais ne savent donc pas faire des roues !
    Vive la germany donc !!

    Je note Ventiane au contraire de Bankhok.
    A+
    luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *